Vous êtes ici

Conseil

Comment choisir un radiateur électrique et en tirer le meilleur confort ?

Le chauffage électrique moderne assure un confort équivalent à celui du chauffage à eau chaude avec, en plus, un entretien nul et un investissement souvent inférieur. Mais il est important de bien choisir ses radiateurs électriques. Parce qu’ils rayonnent en permanence, les radiateurs à inertie sont les plus performants avec, toutefois, quelques nuances selon les modèles et la technologie.

Privilégier le confort avant tout : c’est le meilleur conseil pour bien choisir son chauffage électrique. En effet, le confort ressenti, auquel tout radiateur est censé participer, a un impact direct sur la consommation d’énergie, nous incitant à modifier à la hausse ou à la baisse la consigne de température du thermostat. C’est pourquoi, acheter un radiateur électrique doit être considéré comme un investissement, et passe par la prise en compte de ses performances techniques, de régulation, voire de design.

Je choisis une technologie pour mon chauffage électrique

Si l’on met de côté les soufflants et les chauffages mobiles sur roulettes, qui sont des appareils d’appoint, il existe cinq types de radiateurs électriques.  Tous ne produisent pas le même confort thermique, lié au mode de diffusion de la chaleur, plutôt par rayonnement ou par convection. Le premier, le rayonnement, est source de confort, tandis que le second, la convection, qui chauffe l’air plus que les personnes, ne l’est pas. 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

Les convecteurs électriques : petit budget, petit confort

Un convecteur électrique est constitué d’une résistance électrique enfermée dans une boîte en tôle peinte : l’air froid entre par le bas, se réchauffe au contact de la résistance et ressort par le haut. Mais les mouvements d’air provoqués sont désagréables, salissent les murs et ne permettent pas une répartition homogène de la chaleur dans la pièce, créant des zones froides et chaudes. De plus, l’air chauffé est asséché, tandis que la poussière accumulée sur la résistance électrique dégage une odeur de brûlé. Enfin, un convecteur ne possède aucune inertie : dès que le thermostat le coupe, il devient froid, d’où une impression de chaleur éphémère. En réalité, le convecteur électrique n’a qu’un seul avantage : son prix, imbattable. A réserver aux pièces à faibles besoins et à chauffage très intermittent.
 

Les panneaux rayonnants : plus de convection que de rayonnement

Un panneau rayonnant, dit aussi radiant, n’a de rayonnant que le nom. Fabriqué comme un convecteur électrique, il est légèrement amélioré par une façade trouée. Mais il ne rayonne guère, en tout cas pas assez pour apporter un vrai confort. De plus, sa température élevée engendre des salissures difficiles à supprimer sur la grille de la façade. Son prix est généralement supérieur à celui du convecteur. Comme celui-ci, on le réserve aux espaces peu et rarement chauffés.

 

Les radiateurs à accumulation : une gestion sans souplesse du chauffage

Les radiateurs à accumulation sont destinés à emmagasiner la chaleur la nuit, durant le tarif Heures creuses des fournisseurs d’électricité, pour la redonner le jour, lorsque l’électricité coûte plus cher. Leur objectif : les économies d’argent, indépendamment de toute notion de confort. La restitution de chaleur se fait par convection forcée, grâce à des mini-ventilateurs. Les appareils, de forte puissance (à partir de 1,5 kW), sont lourds, encombrants et peu esthétiques. Ils ne sont pas programmables et doivent être gérés manuellement (niveau de charge, relance de jour…). Préférez-leur les radiateurs à inertie, dont la consommation est maîtrisable grâce à des systèmes de régulation performants et à la possibilité de la programmation.

 

Les radiateurs électriques à inertie : chaleur douce et confort

Parce qu’ils sont toujours chauds, les radiateurs électriques à inertie permettent de gagner en confort. L’inertie, obtenue grâce à un matériau accumulateur de chaleur (inertie sèche) ou par le remplissage à l’aide d’un fluide caloporteur (inertie fluide), assure un chauffage continu et une chaleur douce qui, par rapport aux convecteurs électriques ou aux panneaux rayonnants, est source d’économies d’électricité. D’autant plus si les radiateurs sont associés à une régulation et à un programmateur performants.

Toutefois, la capacité de rayonnement des radiateurs à inertie est plus ou moins grande selon la technologie utilisée, donc le confort apporté : il existe des différences entre les radiateurs à inertie sèche et les radiateurs à inertie fluide.

Explication en vidéo par des Installateurs experts.
 

                    Les radiateurs à inertie sèche : un matériau accumulateur de chaleur

Le radiateur à inertie sèche intègre, derrière sa façade, un matériau accumulateur de chaleur : brique réfractaire, pierre de lave (ou pierre volcanique), céramique, stéatite, fonte d’aluminium, verre, pierre reconstituée… Mais peu importe le matériau accumulateur car sa nature n’a pas d’impact sur le confort. En revanche, étant donné son poids, ce matériau est forcément plus petit que le radiateur lui-même, ce qui limite ses capacités de rayonnement. D’ailleurs, afin d’uniformiser la température de surface de l’appareil, les fabricants prévoient un film chauffant de faible puissance au dos de la façade avant : c’est ce qu’on appelle le double corps de chauffe.

 

                    Les radiateurs électriques à inertie fluide : le confort du chauffage central

Le radiateur à inertie fluide (ou inertie humide) est composé de tubes (ou éléments) ronds ou plats remplis d’une huile minérale inaltérable et recyclable, dans laquelle la résistance électrique est immergée. Lorsque celle-ci est mise sous tension, elle chauffe ce fluide caloporteur, qui transmet la chaleur dans tout le radiateur. Dans un radiateur à inertie fluide, la résistance électrique n’est pas en contact avec l’air, comme c’est le cas dans un radiateur à inertie sèche qui, du coup, peut avoir tendance à dessécher l’air. De plus, quelles que soient ses dimensions, le radiateur à inertie fluide rayonne de manière uniforme sur toute sa surface, dont la température est comprise entre 40 et 60 °C selon les besoins de chaleur. Le bien-être thermique est assuré grâce au rayonnement, qui procure une chaleur homogène.

 

Un radiateur design pour mon chauffage électrique

Horizontal ou vertical, format plinthe ou allège, sèche-serviettes ou radiateur décoratif, le radiateur à inertie, fluide en particulier, offre de multiples formats et design, sans compter la possibilité d’une couleur et d’une finition originales. Bien choisir, un radiateur électrique est aussi un objet de décoration.

 

 

J’équipe une grande pièce à vivre, une entrée cathédrale, un grand volume à chauffer

 

Dans une pièce à vivre, il est important de répartir la puissance nécessaire en installant au moins deux radiateurs, voire plus si la surface l’exige.

Pour les grands volumes, privilégiez les radiateurs hauts à inertie fluide, dont les vastes surfaces d’échange apportent un rayonnement panoramique agréable.

Pensez aux radiateurs claustra, qui rayonnent des deux côtés tout en participant à l’agencement de la pièce, ainsi qu’aux radiateurs personnalisables, qui s’adaptent à vos besoins.

 

             

 

 


J’équipe une salle de bains ou une cuisine

 

Place au radiateur sèche-serviettes (mais oui, dans la cuisine aussi) !

Les modèles sont extrêmement variés : radiateur échelle ou asymétrique (ouvert d’un côté pour une mise en place aisée des serviettes ou torchons) ou radiateur panneau prévoyant des ouvertures pour poser les serviettes ou bien une ou deux barres porte-serviettes…, avec ou sans soufflant. Le choix est vaste !

Voir tous nos modèles de radiateurs sèche-serviettes électriques.


 

               

 

 

 

 J’équipe une chambre

 

Dans une chambre de petite surface, on peut choisir un radiateur en aluminium, compact et réactif, notamment parce qu’il contient moins de fluide caloporteur. C’est un avantage si la pièce bénéficie d’apports gratuits (ensoleillement par exemple). Sachez qu’il existe des radiateurs à inertie en aluminium pour les petits budgets.

Mais les radiateurs à inertie en acier, dont les formats sont multiples, s’adaptent à toutes les architectures. Ils ont une forte capacité de rayonnement, n’assèchent pas l’air, maintiennent le niveau d’humidité dans l’air et, de plus, sont hermétiques et clos, pour éviter tout accès aux parties électriques actives.

 

 

 

 

 

 Je détermine la puissance de mes radiateurs électriques

 

Afin de déterminer la puissance nécessaire pour assurer le chauffage d’une pièce, Acova propose un calculateur. Celui-ci prend en compte la zone géographique du lieu d’habitation et l’altitude, ainsi que le niveau d’isolation de la maison, le nombre de fenêtres et de parois donnant sur l’extérieur de la pièce à équiper. Un professionnel sera également en mesure de vous conseiller sur ce point précis de la détermination de la puissance d’un radiateur, ainsi que des possibilités de programmation pour économiser l’électricité.

 

Je choisis un système de régulation pour mon radiateur électrique

 

Les thermostats mécaniques, qui équipent les anciens convecteurs électriques, sont non seulement bruyants mais peu précis (à 2°C près). Il en résulte des oscillations de température très désagréables et, surtout, une surconsommation importante d’électricité. Ils sont interdits à la vente depuis 2018 : remplacer les appareils qui en sont équipés permet de réduire d’au moins 30 % sa consommation d’électricité, d’autant plus si l’on s’équipe d’un radiateur à inertie.

 

Les radiateurs équipés d’un thermostat électronique ou numérique, beaucoup plus précis (à 0,5 ou 0,1 °C près), évitent les oscillations de température et assurent, par rapport aux anciens radiateurs équipés de thermostats mécaniques, une économie d’électricité d’environ 30 %. Celle-ci est obtenue d’une part grâce à la programmation du chauffage qui, lors des périodes d’inoccupation et la nuit, permet de passer automatiquement en mode Eco, lequel provoque une légère baisse de température. ; d’autre part grâce à la faible consommation en veille de ces radiateurs, limitée à 0,5 W. D’autres fonctions existent susceptibles de favoriser les économies d’électricité, en particulier le détecteur d’ouverture de fenêtre, qui coupe le radiateur en cas de chute brutale de la température intérieure, pour aérer la maison sans chauffer la nature ; le détecteur de présence, qui met l’appareil en mode Eco si aucun mouvement n’est repéré (à éviter dans les pièces où l’on a tendance à rester immobile, bureau notamment). Certains radiateurs, dits intelligents, enregistrent vos habitudes lors de leur branchement, puis se programment eux-mêmes.

 

 

 

Je veux piloter l’ensemble de mes radiateurs

 

Plusieurs solutions sont disponibles pour gérer le chauffage électrique de toute la maison : le fil pilote, s’il existe, le Courant Porteur en Ligne (CPL), la radiofréquence. Que l’on passe par l’une ou l’autre de ces technologies, on peut installer une centrale de gestion, qui est une sorte de super thermostat permettant de commander le chauffage pièce par pièce ou zone par zone.

 

                              Le fil pilote

Si le logement dispose d’un fil pilote, il est possible de commander tous les radiateurs électriques qui lui sont raccordés à partir d’une même centrale de programmation. Celle-ci agit sur chaque thermostat, que les radiateurs soient regroupés par zone (nuit/jour) ou gérés pièce par pièce. Elle peut intégrer d’autres fonctions.

 

                             Le courant porteur en ligne ou CPL

Si le logement ne possède pas de fil pilote, il est possible d’utiliser une centrale de régulation CPL qui transmet ses ordres par l’intermédiaire du réseau électrique existant. De la même manière, les radiateurs peuvent être commandés indépendamment les uns des autres ou par zone.

 

                              Le radiateur connecté pilotable à distance

Dernière innovation en matière de chauffage électrique : le ou les radiateurs connectés. Quand on voyage souvent ou que l’on part simplement en vacances, ils permettent d’effectuer des baisses de température d’autant plus souvent qu’il est aisé de relancer le mode confort à partir de son smartphone, afin de rentrer dans une maison ou une chambre à la bonne température. Même s’il est déjà installé, tout radiateur électrique équipé d’un fil pilote peut être relié à un boîtier connecté WiFi compatible (sans box domotique supplémentaire) et commandé ainsi à distance.

 

 

 

J’apprends à bien gérer mes radiateurs électriques

 

Une fois son chauffage ou son radiateur électrique installé, la meilleure façon d’en profiter passe par deux étapes. La première étape consiste à programmer son radiateur ou sa centrale de gestion en fonction des heures d’occupation des différentes pièces. Parce qu’une bonne programmation est nécessaire pour optimiser la consommation d’énergie, il peut être opportun de la confier à un professionnel. La seconde étape consiste à… ne plus toucher à rien ! C’est le système de régulation qui gère la fourniture de chaleur en fonction de l’heure et des conditions climatiques extérieures. Non seulement, il est toujours contre-productif de faire varier la consigne du thermostat d’un radiateur, mais c’est là toute la magie du chauffage électrique : on n’a pas à s’en soucier !

Exemple d'un changement d'installation électrique permettant de gérer la température dans chaque pièce