Vous êtes ici

Quel radiateur à inertie choisir ?

Conseil

Quel radiateur à inertie choisir ?

Il se dit beaucoup de choses sur les radiateurs à inertie, par exemple que plus l’inertie est élevée moins le radiateur consomme d’électricité ou que l’inertie fluide et l’inertie sèche n’ont rien à voir. En vérité, plus que l’inertie proprement dite, c’est la sensation de confort qui importe, d’autant plus grande que les surfaces qui nous entourent, radiateurs en particulier, rayonnent.

Un radiateur à inertie a comme particularité de pourvoir « emmagasiner » la chaleur pour la restituer.

Le radiateur à inertie a, par rapport au convecteur électrique, un avantage considérable : à la manière d’un radiateur de chauffage central à eau, il reste toujours chaud, y compris lors des coupures provoquées par son système de régulation. Dans chaque pièce de la maison, ce petit point de chaleur douce est une vraie source de confort, qu’aucun convecteur ou panneau (dit à tort) rayonnant n’est capable d’offrir. Parce qu’il rayonne en permanence, le radiateur à inertie participe, en plus de chauffer, à la nécessaire sensation de confort.

Critères d'achat d'un radiateur à inertie

Radiateur électrique : du rayonnement à l'inertie

Quand on est installé dans une pièce, à plus forte raison si l’on est immobile, la température que l’on ressent n’est pas seulement celle de l’air ambiant. En réalité, c’est une moyenne entre celle-ci et la température de surface des murs. Une différence de 2 °C entre l’air ambiant et les murs crée une sensation d’inconfort qui nous pousse à augmenter la température de consigne du thermostat, donc à consommer plus. Autrement dit : il ne suffit pas que l’air soit chaud pour que l’on ait chaud (phénomène de convection). Les parois froides contribuent à l’inconfort tandis que les surfaces chaudes, comme celles des radiateurs, sont sources de bien-être (phénomène de rayonnement).


Parce qu’ils restent toujours chauds et stables en température, les radiateurs à inertie sont plus « réchauffants » que les convecteurs électriques. Et plus leur surface chaude est grande, plus la sensation de confort l’est. En revanche, qu’ils soient à inertie fluide ou sèche, garnis de pierre de lave ou autre brique réfractaire, cela n’a pas d’impact sur la consommation d’électricité. Et le radiateur à très forte inertie qui continue de chauffer alors qu’il est éteint ? Il libère les calories qu’il a auparavant emmagasinées…

 

Pourquoi le radiateur à inertie est confortable

                

Une fois en marche, tous les radiateurs électriques fonctionnent avec leur résistance électrique à pleine puissance. Ils sont régulés grâce à une succession de cycles de marche/arrêt, dont la durée dépend des besoins de chaleur. Moins ces besoins sont importants (mesurés par les thermostats d’ambiance électronique), plus les microcoupures sont longues. Mais grâce à notre fameuse inertie, le radiateur n’a pas le temps de se refroidir : ces coupures sont imperceptibles.

L’inertie est donc nécessaire et importante. Pour autant, il n’est pas utile de la surdimensionner : pensez aux plaques électriques chauffantes dans la cuisine, dont l’inertie est si élevée qu’elles sont encore chaudes alors que les pâtes sont cuites, servies, voire mangées ! A quoi bon ? En revanche, la surface rayonnante est déterminante, parce que la sensation de confort augmente avec elle.

Ainsi, comme les radiateurs à eau chaude, les radiateurs à inertie diffusent une chaleur douce, qui ne produit pas de mouvement d’air. Ils fonctionnent silencieusement, sans assécher l’air ambiant, qui se réchauffe au contact de la surface de l’appareil, sans soulever ni brûler les poussières, comme c’est le cas avec les convecteurs électriques et les panneaux (dits) rayonnants.

Les différents types de radiateurs à inertie

Pour emmagasiner la chaleur, les radiateurs à inertie intègrent un fluide ou un matériau accumulateur de chaleur – certains parlent de corps de chauffe. Plus la masse de ce matériau est élevée, plus l’inertie est forte : le radiateur met du temps à refroidir, mais également à chauffer, donc à rayonner.

Le radiateur à inertie ne doit pas être confondu avec le radiateur à accumulation, conçu pour emmagasiner la chaleur la nuit, quand le kWh électrique coûte moins cher (Heures creuses), afin de la restituer durant la journée (Heures pleines). Ces appareils sont de moins en moins utilisés parce qu’ils sont encombrants et peu esthétiques, mais aussi parce qu’ils sont peu confortables, délivrant la chaleur accumulée par convection forcée (ventilateurs). De plus, ils doivent être gérés manuellement (niveau de charge, relance de jour…).

 

       Les radiateurs à inertie sèche

Quand il est à inertie sèche, le radiateur électrique intègre un matériau solide capable d’emmagasiner la chaleur, la plupart du temps de la pierre de lave ou pierre ollaire (c’est la même chose), de la céramique, stéatite, brique réfractaire… Quelles sont les différences entre ces corps de chauffe ? Pratiquement aucune : en termes de confort et de consommation électrique, un radiateur à inertie stéatite n’est guère différent d’un radiateur à inertie pierre de lave, lequel est à peu près équivalent à un radiateur à inertie céramique, ainsi qu’à un radiateur à inertie brique réfractaire ou à inertie fonte d’aluminium. Pour l’essentiel, ce qui distingue ces multiples corps de chauffe, c’est la taille de leur surface rayonnante, qui a des répercussions sur le confort, ainsi que la masse du matériau accumulateur de chaleur. Ces deux critères sont très variables selon la nature et les dimensions du radiateur.

Les dimensions du matériau accumulateur dans les radiateurs à inertie sèche sont souvent limitées par le poids, qui doit rester raisonnable. C’est pourquoi certains fabricants ajoutent un film chauffant de faible puissance au dos de la façade avant du radiateur : ainsi, non seulement le radiateur rayonne immédiatement – quoique faiblement – mais il le fait sur toute sa surface et pas uniquement à l’endroit du matériau accumulateur. Une fois que celui-ci a atteint sa température de croisière – ce qui peut prendre du temps –, le film chauffant se coupe. C’est ce que l’on appelle le double système chauffant, destiné à homogénéiser la température de surface du radiateur de manière à répondre aux exigences normatives (homogénéité de la température de contact).

Vérifiez, sur un radiateur à inertie sèche, que la pierre ou le matériau accumulateur soit bien mis à l’abri des petites mains ou d’un jouet glissé entre deux ailettes.

 

       Les radiateurs à inertie fluide ou liquide

Les radiateurs à inertie liquide ou fluide sont composés de tubes, ronds ou plats, remplis d’un fluide caloporteur servant à transporter l’énergie calorifique. La résistance électrique, insérée dans un tube situé en bas du radiateur (appelé collecteur), est immergée dans ce fluide. Lorsque le radiateur est mis sous tension, la résistance chauffe et il se produit un effet naturel de thermosiphon qui assure la diffusion de la chaleur dans le radiateur. En 20 minutes, la chaleur, douce, constante et homogène, se propage dans la pièce, comme elle le ferait avec un radiateur à eau chaude.

Le fluide est généralement une huile minérale naturelle, inaltérable et recyclable. Toutefois, certains radiateurs premier prix peuvent être remplis d’eau glycolée, laquelle perd ses propriétés au fil du temps et peut être corrosive pour la résistance électrique. Soyez attentifs.

 

Les radiateurs à inertie fluide peuvent être en acier ou en fonte d’aluminium.

A la manière des radiateurs à eau chaude, les modèles en acier à tubes ronds ou plats présentent de plus vastes surfaces de rayonnement : c’est un atout confort indéniable. De plus, ils proposent un large choix de designs, formes, couleurs, fonctionnalités (sèche-serviettes, miroir…). 

Les radiateurs en aluminium sont plus compacts et, le matériau étant plus léger que l’acier, ils sont plus réactifs : la montée en température est plus rapide, d’autant que, par leur mode de construction, ils contiennent moins de fluide. C’est un avantage notamment dans les pièces mieux isolées, pour une meilleure prise en compte des apports de chaleur gratuits, solaires par exemple. A la fois confortable ET de petite taille, Ils sont parfaits lorsque l’espace est compté.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                             

Calculer la puissance d'un radiateur à inertie

 

On évalue la puissance d’un radiateur à inertie comme celle de n’importe quel radiateur électrique ou à eau chaude, selon la situation de la maison (zone géographique et altitude), son niveau d’isolation (que l’on détermine généralement en fonction de l’année de construction), et le volume de la pièce à chauffer (surface x hauteur sous plafond). Acova propose un calculateur simplifiant cette évaluation.

Dans une grande pièce, il est préférable de fractionner la puissance de chauffage et d’installer deux ou trois radiateurs plutôt qu’un seul. La chaleur sera mieux répartie et le confort amélioré.

 

 


 

La régulation, point clé du confort et des économies d'énergie

Le système de régulation du radiateur électrique, qu’il soit à inertie ou pas, est un critère d’achat important. Plus il est précis, à partir de 0,5°C près, plus le radiateur est économe en énergie. C’est pourquoi, on choisit un radiateur doté d’un thermostat électronique et on programme son fonctionnement en fonction des périodes d’occupation de la pièce et du niveau de confort souhaité.

Dans le cas de l’installation de plusieurs radiateurs, on peut effectuer une programmation centralisée, via le fil pilote, si celui-ci est installé dans la maison. Sinon, on peut le faire par l’intermédiaire d’un programmateur CPL (courant porteurs en ligne) qui transmet ses ordres via le réseau électrique ou par radio-fréquence.

Connectés, le ou les radiateurs sont commandables à distance, via l’ordinateur, la tablette ou le smartphone, en utilisant le fil pilote et la box wifi de la maison.

Si la marque NF Electricité atteste de la conformité du radiateur aux normes de sécurité électrique, la marque NF Electricité Performance catégorise la performance du point de vue de la finesse et de la stabilité de la régulation, des températures de surface, de l'existence d'un détecteur d'ouverture de fenêtre, de présence…

Consulter les radiateurs électriques Acova